Imprimantes photo et calibration

Ma démarche consiste à obtenir des clichés en 15×10 cm de mes photographies, tout en gérant modestement ma chaine graphique et cela à moindre coût. Mon budget est serré. Cela donne du sens à mes réglages des couleurs depuis AfterShot.

J’ai ainsi ressorti l’imprimante HP717 de mon père. Seules les cartouches génériques sont produites pour ce modèle. Reconnue une fois sur deux, la machine est devenue capricieuse. Pour bien vérifier que le problème ne venait pas de la cartouche, je me suis procuré une HP526 similaire. C’est un peu la même histoire… Pour finir, une EPSON PowerMate 240 est bien plus docile.

J’utilise une sonde de calibration d’écran Spyder2 (ma sonde EyeOne Display 2 d’occasion a un soucis pour la mesure du vert) et le logiciel DisplayCal. Tout ceci n’est pas neuf mais suffisant pour ma pratique.

Madame Chérie

Madame Chérie, auteure prolifique de romans noircit les pages de son cahier avec sa plume. Dans son esprit les personnages et les situations s’enchaînent. Tout interagit au service d’une histoire qui sera ravir et surprendre ses lecteurs, elle sourit ou s’interroge, ressent des émotions. Elle relie toutes ses pensées à ses recherches, imagine encore et encore des scènes et des dialogues. Tout vit dans sa tête. Ecrire est devenu un besoin vital, une partie d’elle même s’exprime dans ses écrits. Cette étape manuscrite, indispensable, un lien avec les mots couchés sur le papier, précède le passage sur l’ordinateur.

Retour de la photo.

Réglisse et la Mouche.

Je suis heureux d’avoir pu acheter d’occasion un FujiX10, un compact expert très lumineux et reprendre la photographie. Je me limite désormais au minimum. Ainsi j’utilise Corel AfterShotPro pour exploiter les photos et procéder à quelques réglages supplémentaires. Je suis accompagné par les livres d’Anne-Laure Jacquart. La qualité de ses ouvrages remplace tous les autres. Je n’ai besoin de rien de plus. Tout rentre dans une besace et je peux utiliser mon trépied au besoin.

Vivre

Lorsque je me lève le matin, en bonne santé, je considère que c’est déjà une très bonne chose et que cette journée de vie, quelque soient les événements que je vais rencontrer, est déjà une chance. Dans notre pays, être libre de ses choix est déjà un bien précieux. Des difficultés liés à notre environnement seront certainement présentes. Mais je devrais pouvoir les affronter seul ou accompagné des autres. J’apprécie me réjouir de tous nos savoirs et la créativité de toutes ces personnes intéressantes qui font grandir ou enrichissent par leur échanges notre société.

J’espère exploiter au mieux le petit studio musique assistée par ordinateur qui se met en place petit à petit et commence à devenir vraiment complet. Instruments virtuels, outils de mixage et mastering, des logiciels appropriés. Au niveau des graphismes tous les outils sont déjà disponibles: suite graphique, vidéo et programmation. Sans compter les abonnements à un service Cloud.

Boite à rythmes

Je possède désormais un contrôleur midi Arturia et son logiciel Spark2 associé. C’est une superbe ‘Drum machine’. J’ai également opté pour un contrôleur Akai Fire relié à Fl Studio. Quelques plugs-in de Waves et Mastering the Mix complètent le mixage et le mastering. J’utilise également Izotope Ozone 9 s’il le faut. Ci-dessous une petite production pour reprendre.

A noter que je me suis séparé de ma batterie et de mon synthé Yamaha. Je n’avais plus besoins d’instruments. J’avoue n’avoir jamais réellement franchi le pas de leur apprentissage. Je n’ai plus vingt ans, voilà tout. Et puis j’avais besoin d’un peu de place. La personne qui a acheté l’ensemble en fera, je n’en doute pas, un bien meilleur usage que moi !

Confinés

En cette période très particulière, je n’ai investi que très peu de temps dans ce projet. La priorité était ailleurs, mobiliser toute l’énergie pour les soins. Je n’étais pas sur place, sur mon ordinateur de production. J’espère reprendre bientôt. Plus de deux mois, sans relire une ligne de code ou traduire les documents du français vers l’anglais.

Reprise progressive des traductions

J’ai recommencé la traduction des diaporamas en anglais. Pour cela j’ai également installé l’ordinateur en double écrans.

Durant cette période d’inactivité, j’ai étudié plus en détail la conception et la production de musiques assistées par ordinateur. Par la vidéo, afin d’acquérir encore plus de compétences en matière de mixage et mastering. Pour que le résultat final ‘sonne mieux’ sur une multitude d’appareils.

Traduction en anglais

Le challenge est désormais de traduire le contenu de l’hubibox en anglais.

Toute l’interface a été traduite. Le programme contient de nombreuses phrases et ce processus a été assez laborieux et long. Je dois poursuivre mes tests, une coquille dans une ligne de code peut envoyer vers un dossier erroné.

J’ai commencé la traduction des diaporamas. Et ce sera long ! Dans ces moments se mesure le contenu de l’hubibox qui est devenu finalement assez riche !

La tablette insérée dans son pied de présentation, autonome.