Racks

Cette semaine, je me suis attelé à la réalisation de l’habillage sonore. Tous les sons que nous utiliserons lors des émissions. Je souhaite parvenir à créer une réelle identité sonore à ce projet. Il fallait un début. J’ai réutilisé certaines de mes productions existantes et réalisé de nouvelles choses. Le programme du cartoucheur a été amélioré. Il peut lire deux sons en simultané. Je peux lancer un son voix pendant la lecture d’une production par exemple.

Mon rêve sera d’impliquer les personnes qui travaillent autour de moi, j’ai un grand respect pour mon équipe et j’espère savoir les valoriser. J’ai commencé l’écriture de documents pour structurer un peu. Un conducteur, des idées de jeu, la présentation du projet.

Pour simplifier la chaîne, j’ai trouvé d’occasion un enregistreur. Il permettra l’écriture du son final sur une carte SD ou une clef USB. Il sera en sortie de la table de mixage. Il doit arriver bientôt. Je remercie la personne, EZIO, qui me l’a vendu et qui m’a encouragé sur ce projet.

Je voudrais également me procurer un compresseur matériel. Un DBX 166XL

Je souhaiterais le mettre en sortie de la table de mixage, juste avant l’enregistreur. C’est également un limiteur. Je ne sais pas pourquoi, ou alors c’est à force d’utiliser des compresseurs en plug-in sur Fl Studio, je rêve souvent d’utiliser un vrai. Merci à Ludovic pour ses précieux conseils.

Coté contenu et écriture. J’ai commandé quelques livres d’occasion pour me guider un peu, sur les jeux, du genre le vrai-faux. Tout cela permet de bien structurer le projet.

Podcast : Les floralies

Le nouveau projet de podcast se met en place. Quasiment tout le matériel est rassemblé. Il manque quelques casques, un micro a renouveler et son câble. J’ai réalisé un ‘cartoucheur’ (qui envoie les jingles) pour tablette Android. Il fonctionne à merveille. La table de mixage peut également accueillir le son d’un smartphone, dans l’éventualité d’appels extérieurs. Le dispositif prévoit quatre micros, un est dédié à la réalisation et l’animation. Le tout est enregistré sur le pc portable. Les traitements du son s’opèrent en post-production.

Le cartoucheur maison. Il convient parfaitement à mes besoins et est terminé.

Une grosse partie de la technique se trouve sur la desserte rouge roulante. La table de mixage, l’ordinateur, la tablette, les enceintes de retour. J’améliore progressivement l’agencement et le passage des câbles.

Depuis cette photo j’ai amélioré le passage des câbles et la disposition de l’ordinateur n’est plus la même. Il ne reste que le micro pied.

La seconde desserte du même modèle est le plateau d’enregistrement. Trois casques et trois micros.

Sur cette seconde desserte rouge roulante sont posés les trois autres micros. Tout roule, pratique. Il me manque encore deux casques. Mais cela se trouvera facilement.

Tout le travail de production est méticuleusement réalisé avec FL Studio. Pour autant le signal en sortie de la table de mixage est enregistré dans le logiciel WavePad.

Le fichier audio final est transféré sur une clef USB ou un carte SD. Il peut être facilement écouté sur cette petite radio. Le son est travaillé pour être bien restitué (mastering).

Tout le travail terminé, le fichier est disponible en mp3.

Un premier flux de production a été testé, avec de bons résultats. L’aventure continue cette semaine. Je dois également travailler sur le contenu. C’est un peu vague pour l’instant. Les idées sont progressivement mises en place. Je pense continuer à écrire tout cela pour structurer.

Diaporama : le Lauragais

Je souhaite réaliser pour l’Hubibox un diaporama sur le Lauragais. Dans cette zone géographique et surtout culturelle, je peux situer la ville de Castelnaudary et relier le tout également à l’agriculture. Le texte sera traduit en anglais. Je pense que les images seront belles. Au final il y aura également une vidéo, une production musicale et pourquoi par la voix d’un résident de l’Ehpad qui lit les textes. Cool.

Production de l’aprèm

Sur le pc portable qui n’est pas très puissant, j’ai composé cette ‘track’. Je me suis aidé de Captain plug-in. J’ai ensuite remplacé tous les instruments avec le peu installé sur ce pc. Par contre J’ai été particulièrement attentif au mixage. Le mastering a été réalisé avec Ozone, mais c’est le mix brut qui est assemblé dans cette vidéo, en sortie du logiciel.

LeapMotion et Hubibox

Depuis l’arrivée du Covid, La société Ultraleap (https://www.ultraleap.com/) s’est relancée dans la recherche et la mise en application de ses procédés d’interaction sans contact. Je m’étais intéressé à cette technologie et je suis ravi que le développement de ces solutions reprenne, et cela également pour les produit plus anciens, comme le LeapMotion.

Ainsi j’ai pu tester leur programme qui vise à déplacer le curseur de la souris sur l’écran sans contact. Le clic ou touché est alors capté par un déplacement de l’index de votre main vers l’écran. Le pointeur de la souris est déplacé en fonction des mouvements de votre main dans l’espace au dessus du capteur. Tout cela est prometteur pour le futur et fonctionne déjà bien.

Merci à Ultraleap pour ce logiciel !

Le plus appréciable c’est qu’il n y a pas forcément de programmation à ajouter à l’Hubibox, puisque la gestion de la souris fonctionne directement sous Windows. Ce n’est pas parfait, mais cela à le mérite d’exister. Je suis donc attentivement les avancées de ce projet.

Imprimantes photo et calibration

Ma démarche consiste à obtenir des clichés en 15×10 cm de mes photographies, tout en gérant modestement ma chaine graphique et cela à moindre coût. Mon budget est serré. Cela donne du sens à mes réglages des couleurs depuis AfterShot.

J’ai ainsi ressorti l’imprimante HP717 de mon père. Seules les cartouches génériques sont produites pour ce modèle. Reconnue une fois sur deux, la machine est devenue capricieuse. Pour bien vérifier que le problème ne venait pas de la cartouche, je me suis procuré une HP526 similaire. C’est un peu la même histoire… Pour finir, une EPSON PowerMate 240 est bien plus docile.

J’utilise une sonde de calibration d’écran Spyder2 (ma sonde EyeOne Display 2 d’occasion a un soucis pour la mesure du vert) et le logiciel DisplayCal. Tout ceci n’est pas neuf mais suffisant pour ma pratique.

Retour de la photo.

Réglisse et la Mouche.

Je suis heureux d’avoir pu acheter d’occasion un FujiX10, un compact expert très lumineux et reprendre la photographie. Je me limite désormais au minimum. Ainsi j’utilise Corel AfterShotPro pour exploiter les photos et procéder à quelques réglages supplémentaires. Je suis accompagné par les livres d’Anne-Laure Jacquart. La qualité de ses ouvrages remplace tous les autres. Je n’ai besoin de rien de plus. Tout rentre dans une besace et je peux utiliser mon trépied au besoin.