Logiciel d’automation

Je développe un logiciel cette fois sous Linux Ubuntu d’automation des enregistrements. Il s’agit d’une playlist des émissions qui s’enchaînent et sont diffusées vers le serveur par l’intermédiaire de Butt. La stabilité de Linux n’est plus à démontrer. Ceci m’a permis de ‘lier’ l’émission pilote à celle des résidents pour tester la qualité de la diffusion. Et depuis le player de test de mon smartphone, c’est parfait ! Merci à Venom pour son aide sur le forum français de PureBasic.

J’ai également ajouté la possibilité de déclencher à une heure donnée un fichier son, en vue d’un top horaire par exemple. Ce matin j’enregistre les fichiers audios au micro, je mixe et je teste dans le logiciel.

On AIR

Après des mois de réflexion sur la technique, la première émission avec quatre résidents s’est déroulée ce mercredi 6 janvier 2021. Le cinquième microphone étant réservé à notre animatrice. Nous sommes partis sur de l’expression libre. L’émission dure une trentaine de minutes.

Côté technique, je suis rassuré. Tout a bien fonctionné. J’avoue que dix minutes avant l’arrivée des résidents je ne parvenais pas à enregistrer le son sur le lecteur. Un simple bouton sur la façade était réglé sur une mauvaise position, ouf, trouvé.

Sur le contenu, le talent de notre animatrice est bluffant lorsqu’il s’agit de faire parler, écouter et guider nos résidents. Je suis admiratif, de la richesse de leurs propos, de leur diction et la qualité de leurs échanges. Une fois de plus, en leur présence, j’ai appris énormément de choses. Cette mémoire est importante, et elle ne se trouve pas ailleurs.

J’ai récupéré le fichier de la carte SD, j’y ai ajouté un peu d’habillage et ôté quelques pics de saturation. Quelques plug-ins ajoutés sur les voix en post-traitement.

Le fichier sera placé sur la petite radio et sur une clef USB.

Régie son. En amélioration un rack d’ampli casques sera ajouté pour avoir 6 sorties (au lieu de 4 actuellement). La table de mixage peut accepter un 6ème micro XLR. Au final nous pourront fournir un micro sur pied à 4 résidents, un à l’animateur et le dernier à la technique-coanimation) en pied table.

Synthèse prise de son et enregistrement

Le souci barre du vu-mètre droit qui ne fonctionne pas sur la XENYX 1832 est certainement dû à la LED bleue ‘power’ qui est grillée. Un problème fréquent sur cette table. Les LEDS sont montées en série. (https://fr.audiofanzine.com/console-fw-usb-mlan/behringer/xenyx-1204usb/forums/t.645531,led-power-et-vu-metre-defectueux.html) Il suffit de remplacer ou passer cette LED pour remédier au problème. Je m’en occuperai plus tard lors d’une maintenance du matériel. Il faut la démonter et également la nettoyer.

Ampli 6 casques.

Salon libéré

Et voilà, le matériel est maintenant là ou il doit être. Transporté dans des valises bien protégé de la pluie de ce vendredi.

Plus tôt mercredi, j’ai réalisé une première émission pilote avant le départ. J’ai écrit mes textes. Un conducteur était prêt, mais il était déjà au clair dans ma tête. La playlist du cartoucheur était chargée des éléments sonores que j’allais lancer les uns après les autres. Tout était branché et je me suis lancé.

En solo, pour un premier test, ce n’était pas trop mal. J’apprends sur le tas. Le fichier enregistré sur la clef SD du lecteur, je l’ai récupéré sur le logiciel de montage de l’ordinateur, et déjà tout semblait avoir été compressé correctement. J’ai effectué des coupures depuis Wavepad. Vraiment intuitif ce logiciel et performant.

Je me suis aperçu que la petite radio avait une encoche pour y insérer une carte micro SD. Chouette. Pas besoin de clef usb. Et tout se lance automatiquement lorsque la radio est allumée. Très bien, c’est simple.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour écouter le pilote :

https://u.pcloud.link/publink/show?code=XZ9rW4XZuo4K2xu8YQSkNcbNIcKXQutFOBG7

Après cette nouvelle expérience, ce week-end j’ai retravaillé l’interface du Cartoucheur. Je voulais améliorer la visibilité, son ergonomie et ses performances. Ces petites retouches esthétiques et corrections étaient fastidieuses, avec l’écriture de nouvelles lignes de code. Je suis parvenu à un résultat intéressant et plus joli. C’est devenu un bon outil.

Relier le tout

J’ai bien fait d’écrire tous ces documents ! L’ensemble commence à prendre du sens et à bien se goupiller.

Ainsi le programme du Cartoucheur a été revu. De nombreuses lignes de code se sont ajoutées en un temps record. Maintenant une ‘playlist’ des éléments sonores guide la réalisation. La ‘playlist’ correspond précisément au conducteur de l’émission. Aux documents préalablement écrits dans le projet.

Tout est bien organisé, hiérarchisé et cohérent. J’ai réalisé une petit étagère posée sur la desserte rouge, elle contient la table de mixage accessible, au dessous le compresseur et l’enregistreur. Tout câble est soigneusement routé et attaché avec du scotch velcro. Ça prend forme.

Deux jeux sont choisis pour être présents dans les enregistrements pilotes. « Les brèves » et le « Vrai-faux ». Je dois encore travailler sur les supports écrits, et ensuite je pourrais tester enfin un enregistrement.

Bienvenue au compresseur et à l’enregistreur.

Cette semaine, je me suis attelé à la réalisation de l’habillage sonore. Tous les sons que nous utiliserons lors des émissions. Je souhaite parvenir à créer une réelle identité sonore à ce projet. Il fallait un début. J’ai réutilisé certaines de mes productions existantes et réalisé de nouvelles choses. Le programme du cartoucheur a été amélioré. Il peut lire deux sons en simultané. Je peux lancer un son voix pendant la lecture d’une production par exemple.

Mon rêve sera d’impliquer les personnes qui travaillent autour de moi, j’ai un grand respect pour mon équipe et j’espère savoir les valoriser. J’ai commencé l’écriture de documents pour structurer un peu. Un conducteur, des idées de jeu, la présentation du projet.

Pour simplifier la chaîne, j’ai acheté d’occasion un enregistreur. Il permet l’écriture du son final sur une carte SD ou une clef USB. Il est en sortie du compresseur ci-dessous. Je remercie EZIO qui me l’a vendu et qui m’a encouragé sur ce projet.

Le compresseur DBX 166XL est placé en sortie de la table de mixage, juste avant l’enregistreur, en compression douce. C’est également un limiteur super pour les casques et les enceintes. Merci à Ludovic pour ses précieux conseils.

Du coup, je n’utilise plus l’ordinateur portable relié à la table de mixage, plus besoin.

Coté contenu et écriture. Je parcours quelques livres d’occasion pour me guider un peu, sur les jeux, du genre le vrai-faux. Tout cela permet de bien structurer le projet et d’avancer.

Production de l’aprèm

Sur le pc portable qui n’est pas très puissant, j’ai composé cette ‘track’. Je me suis aidé de Captain plug-in. J’ai ensuite remplacé tous les instruments avec le peu installé sur ce pc. Par contre J’ai été particulièrement attentif au mixage. Le mastering a été réalisé avec Ozone, mais c’est le mix brut qui est assemblé dans cette vidéo, en sortie du logiciel.

Boite à rythmes

Je possède désormais un contrôleur midi Arturia et son logiciel Spark2 associé. C’est une superbe ‘Drum machine’. J’ai également opté pour un contrôleur Akai Fire relié à Fl Studio. Quelques plugs-in de Waves et Mastering the Mix complètent le mixage et le mastering. J’utilise également Izotope Ozone 9 s’il le faut. Ci-dessous une petite production pour reprendre.

A noter que je me suis séparé de ma batterie et de mon synthé Yamaha. Je n’avais plus besoins d’instruments. J’avoue n’avoir jamais réellement franchi le pas de leur apprentissage. Je n’ai plus vingt ans, voilà tout. Et puis j’avais besoin d’un peu de place. La personne qui a acheté l’ensemble en fera, je n’en doute pas, un bien meilleur usage que moi !